Visite au CEP à Madagascar, fin février 2022

La maison principale du CEP

Daniel, Christiane, Jérémie et Priscille sont allés récemment chez les missionnaires présents à Madagascar: un poste se trouve à Antananarivo, le CEP, Centre d’Ecoute et de Partage, où sont principalement hébergés des étudiants soutenus par Retim. L’autre poste se situe à 171 kms plus au sud, à Antsirabé. C’est également un lieu d’accueil appelé centre Tsarafaritra où peuvent séjourner des missionnaires et se tenir des camps ou colonies pour enfants.

Nous allons aujourd’hui vous présenter les 7 étudiants hébergés au CEP, et donner quelques nouvelles des anciens étudiants.

Deux étudiantes étudient la comptabilité, Fiderana et Oginette. La première nous a témoigné sa reconnaissance car après avoir obtenu le bac, ses parents n’avaient plus les moyens de financer ses études. Elle est venue 3 fois frapper à la porte du CEP pendant le confinement pour obtenir une place au centre. Le 25 février, elle a passé ses examens finaux, il ne lui reste plus qu’un stage pratique et elle pourra chercher un emploi.

Nantenaina apprend le métier de dépanneur électronique, Andry fihobiana étudie le marketing-commerce. Goshenn prépare son bac, tout en suivant des cours en construction métallique. Saoline est en école de sage-femme et Fitiavana étudie l’informatique. Ce dernier est le fils de missionnaires malgaches partis aux Comores, également soutenus par Retim.

En plus des 7 étudiants, se trouvent sur la photo : Mamy et Vlon tout à droite, ainsi que des amis proches, Sousou et Mamy. Deux anciens étudiants avec leurs femmes et leurs enfants : Jon et Sahaza.

Les anciens étudiants :

Sahaza après avoir bénéficié du soutien de Retim pour ses études, a trouvé du travail dans une entreprise du bâtiment; il est marié à Stefania et ils ont deux enfants. C’est lui qui préside notre petite réunion.

Jon a été soutenu pour faire l’institut biblique de CEFOI, il est marié à une sage femme qui n’obtient que des contrats à durée déterminée car elle refuse de pratiquer les IVG à cause de sa foi.

Serge n’est pas présent, mais il a aussi un bon poste dans l’agroalimentaire. Il est marié et a un enfant.

Elisa la couturière, vit aussi à Antananarivo, elle est mariée et a deux enfants.

Francia et Fanilo sont allés à Antsirabé pour le travail : ils travaillent pour ErgoMada, une entreprise française de services et aident aussi au travail d’accueil du centre. Francia participe à l’encadrement des enfants le dimanche.

Adrianah est actuellement en France pour continuer ses études.

Francia et Fanilo avec leur petite Ando
L’annexe où logent les garçons
Dans la maison principale, à gauche, habitent les filles ainsi que Mamy et Vlon
Le Cep, un îlot de verdure au milieu de la grande ville

Madagascar : Aide aux soins

Dans un centre d’accueil situé au sud d’Antsirabe au sein d’un quartier pauvre, Retim a pu récemment contribuer à l’aménagement d’une petite infirmerie. Depuis de nombreuses années, ce centre accueille des missionnaires de passage, ou des groupes chrétiens pour des séminaires ou camps de jeunes. Une petite ferme contribue aussi sur place aux besoins alimentaires des résidents.

Tout en remplissant sa vocation d’accueil le centre permet à de nombreuses personnes d’avoir un emploi.

C’est donc là qu’une infirmerie a été construite. Elle permettra d’apporter les premiers soins aux travailleurs du centre. Mais des personnes du voisinage viennent quotidiennement demander de l’aide au portail. L’infirmerie permet d’évaluer la gravité des situations, qu’elles soient médicales ou sociales, et opter pour diverses solutions telles que l’administration de soins sur place, l’achat de médicaments, le financement d’hospitalisations, une aide alimentaire, voire une aide à la scolarisation.

Retim a contribué à l’aménagement du local, ainsi qu’à l’achat de matériel médical de base (thermomètre, balance, tensiomètre) et d’un stock de médicaments.

L’infirmière et son mari qui vivent sur place avec leur famille depuis mars dernier nous partagent :

« À peine terminée, la petite infirmerie a reçu un premier patient : un bébé de 3 mois, immédiatement envoyé aux urgences. Il est sauvé, sa jeune mère de 16 ans est venue nous remercier.

Nous sommes confrontés à de nombreuses demandes d’aide. Que faire ? On ne peut pas aider tout le monde, mais nous ne pouvons pas fermer notre cœur. Nous avons besoin de sagesse, et que le Seigneur nous envoie les bonnes personnes, selon ses œuvres préparées d’avance. « 

1. Le confinement dans les maisons d’accueil : Tananarive

Ces prochains jours nous vous proposons de donner quelques nouvelles des lieux d’accueil soutenus par RETIM. Comment nos collaborateurs vivent-ils ce confinement ?

Aujourd’hui attardons-nous sur la situation du CEP à Tananarive.

A Madagascar, le confinement est partiel, officiellement établi tous les jours à partir de 12 h. A partir de cet horaire les rues sont désertées.

La population est évidemment très anxieuse, n’ayant pas de sécurité sociale, les travailleurs sont au chômage ou licenciés sans aucune indemnité ou aides. Le président affirme avoir trouvé le remède miracle qui soignerait le Covid 19 mais personne n’y croit vraiment …

Pour les étudiants, rien n’est encore décidé au niveau de leur scolarité, chacun reste  dans l’expectative, il n’y a pas de suivi à distance comme en France. Quelques-uns ont pu rejoindre leur famille pendant ce temps de confinement. Les garçons quant à eux sont restés au centre. Ils ont malgré tout de quoi s’occuper :

Le potager et un élevage de lapins.

élevage de lapins au CEP

Toutes les rencontres habituelles sont annulées, notamment le club d’enfants du quartier le samedi. Les résidents se retrouvent à 8 pour une petite rencontre le dimanche.

 

 

Talatamaty, Madagascar, octobre 2018

TananariveQuelques jours passés à Talatamaty avec Mamy et Vololona, les responsables du CEP (Centre d’Ecoute et de Partage), nous ont permis de bénéficier à nouveau du cadre calme et verdoyant du CEP qui apparaît comme un havre de paix en comparaison avec l’agitation et l’air saturé de gaz d’échappement de la ville de Tananarive. Nous avons pu vivre un weekend avec les jeunes qui gravitent autour de la maison d’accueil.

IMG_0045

Une assemblée se réunit tous les dimanches et le samedi reste la journée des enfants et des jeunes. Les premiers arrivent dès l’aube. Mamy réunit son équipe de moniteurs pour leur donner une exhortation avant que chacun prenne en charge son groupe.  Ces jeunes ( pour la plupart résidents au CEP) prennent visiblement à cœur ce travail. Mamy leur explique que ce n’est pas une morale qu’ils ont à transmettre mais une vie, la vie éternelle. C’est en vue de la vie éternelle que tout ce travail se fait.

IMG_0053

IMG_0047Les jeunes ont l’habitude de se réunir ensuite à 14h30. Ils sont une quinzaine.

IMG_0040

Quelques nouvelles des jeunes du CEP (hébergés ou non)  :

Serge travaille actuellement, son temps au CEP lui a permis de terminer ses études.

Tolotra a 19 ans, il est hébergé depuis 6 mois. Après avoir entendu la Parole au CEP lors des réunions de jeunes, Tolotra s’est converti ainsi que sa mère. Par manque de moyens, Tolotra avait du arrêter l’école assez tôt. Il lui a donc été proposé de venir au CEP et de reprendre des études. Il poursuit deux cursus :  l’anglais le matin et des études d’hôtellerie le soir. Il est très reconnaissant et le montre par beaucoup d’implication et de gentillesse. 
Sahaza fraîchement marié et père d’un enfant vit au CEP dans une petite dépendance qui avait été construite il y a quelques années pour le gardien. 
Depuis quelques temps Sahaza a trouvé un travail à MSE ( Média au Service de l’Evangile). Cette association a été créée par Mamy et son amie Éliette,( directrice de l’institut biblique ISTE)  il y a plusieurs années. Au départ ils enregistraient des messages sur K7 pour diffuser dans les taxis. Depuis la disparition des K7, l’association a été mise en stand by quelques temps. Elle reprend son activité désormais avec les CD. Sahaza s’occupe de la logistique de ce travail.   Il s’y rend à bicyclette (45 min de trajet). Son travail semble être très apprécié.  Sa femme travaillait comme commerciale mais depuis qu’elle a un enfant elle essaye de faire des ventes en ligne. Sahaza est très musicien. C’est lui qui accompagne toutes les réunions à la guitare, il est devenu un bon collaborateur de Mamy et Vololona. 
 
Jaona est encore en stage au Cep jusqu’en décembre et s’occupe de l’évangélisation. Il secondait Vololona pour le volet social de l’église (écoute, visite des membres).  Même s’il ne loge pas au Cep, il assiste aux cellules de prière et études bibliques.
Adrianah est une fille très sérieuse.  Elle vient de finir sa licence de comptabilité et cherche du travail. Par diverses circonstances elle a montré des positions très claires quant à sa foi.  Elle s’engage beaucoup lors des réunions d’enfants et de jeunes au CEP. 
Julio, Christer, Elisa et Francia sont tous des jeunes fidèles, nous ne pouvons citer tout le monde mais nous vous partageons la joie de suivre ces jeunes et de les voir évoluer.
Inutile de présenter à nouveau Elisa, la couturière, elle nous a impressionnés par sa rapidité et son savoir-faire : en une semaine, une commande de 21 robes et de barboteuses pour enfant était bouclée!

Sahaza

Sahaza

Adriana

Adriana

Le travail du CEP auprès des enfants

La vie du CEP est ponctuée par des réunions. Le lundi matin une réunion d’équipe pour les collaborateurs, le mardi soir dans la maison, le mercredi pour les jeunes étudiants, le samedi pour les enfants et le culte le dimanche.

Nous allons nous arrêter sur la journée réservée aux enfants :

Le samedi, le CEP ouvre ses portes pour accueillir les enfants du quartier. Mais avant cela, la journée commence par une réunion d’équipe pour la formation des moniteurs. Puis à leur arrivée, les enfants se répartissent en différents groupes selon leur âge : les touts-petits (dès 4 ans), les pré-ados et les ados.

enfants-cep-6

Ils chantent des cantiques puis écoutent une réunion pour apprendre à connaître la Bible. Les moniteurs ne sont autres que les jeunes étudiants qui vivent au CEP la semaine et sont heureux de pouvoir participer. Ils sont actuellement 12 moniteurs pour les 70 enfants et ados à s’occuper.

Ensuite, un repas leur est offert pour leur permettre d’assurer au moins un vrai repas nourrissant dans la semaine. En début d’après-midi les enfants repartent, souvent seul, dans les rues pour regagner leur maison.

enfants-accueil-4

Les enfants chantent à pleine voix les cantiques en Juillet 2015 :

Et voici une autre vidéo de Daniel Loiret en avril 2013 :

Naissance d’un atelier couture à Madagascar

Pièce jointe-4

Après une année de couture dans une école, Elisa a constaté qu’elle avait encore beaucoup de lacunes. Grâce au soutien de RETIM cette année, elle a pu suivre un cours de perfectionnement. Sa couture a beaucoup évolué et elle a acquis petit à petit une assurance remarquée de tous. Son handicap concernant le français l’a longtemps bloquée mais depuis qu’elle a suivi des cours à l’Alliance Française, elle commence à parler, quoique encore timidement.  Elle commence petit à petit à accepter des commandes de l’extérieur : nappes ou robes d’enfants pas trop compliquées mais c’est déjà un début.  Elisa est également une monitrice d’enfants très sérieuse et a de la patience et beaucoup d’amour envers les touts petits. Elle est une perle à ce niveau et nous admirons son dévouement.

Vololona

(Responsable de l’atelier couture au CEP)

Pièce jointe-5

Elisa, qui est déjà bien qualifiée !

« Bonjour à toute l’équipe Retim, je suis à mi-parcours de mon cours de perfectionnement. Je viens de finir les modules robes et pantalons. La semaine prochaine j’entamerai les modules vestes hommes et dames. Suivront ensuite les différentes sortes de jupes. Je trouve le cours dur physiquement et moralement mais je persévère, j’ai réussi à surmonter ma peur et je fais confiance au Seigneur. Je suis reconnaissante du soutien que vous avez apporté à mon égard et vous remercie énormément. Mon objectif est d’avoir un jour une boutique pour vêtements d’enfants et d’aider les jeunes filles qui veulent apprendre la couture. Mon français écrit avance petit à petit mais j’ai encore du mal à parler couramment. Je vous embrasse très fort. Elisa »

Vous pourrez trouver les articles cousus par Elisa sur nos stands !

 

 

 

 

Les jeunes du CEP

blog

Voici un petit tour d’horizon des jeunes soutenus à Madagascar.

  • Elisa et Serge sont maintenant les plus anciens. Ils sont arrivés en 2012. Elisa a terminé son école de couture et Serge est en 3ème année d’études agroalimentaires et d’élevage. Il n’a plus qu’un an d’études et vient de faire un stage pratique dans une ferme à Antsirabe.
  • Taihirisoa est une habituée du CEP, même si elle n’y habite pas, elle est en 2ème année à l’Institut Supérieur d’Informatique de Management d’Entreprise.

Puis Sahaza, Francia, Jojo, Arnaud, et Adriana qui sont arrivés en 2015.

  • Sahaza suit une formation en informatique. Il est en 1ère année.
  • Francia, après un changement d’orientation est maintenant en 1ère année d’Anglais.
  • Jojo fait des études de maintenance industrielle.
  • Arnaud, le frère de Dan est en 3ème année d’université en Gestion des systèmes informatiques.
  • Adriana suit des études de comptabilité et finance. Elle est en 1ère année.
  • Joana, lui s’est engagé dans l’école biblique CEFOI où il est interne depuis la rentrée en octobre. Là-bas, il retrouve Harson et Haingo, un couple venu des îles Comores. Ce couple, désireux de se former, est aussi soutenu par Retim.

de la gauche à droite Arnaud, Sahaza, Taharisoa, adrianah,Francia, Elisa, au dessus - Jaona, Jojo.

De gauche à droite : Arnaud, Sahaza, Taharisoa, Adrianah, Francia, Elisa, au dessus : Jaona, Jojo

Des nouvelles de Dan

Dan avait été envoyé à la Mission Timothée pour 3 ans de formation missionnaire, il était inscrit à la faculté de théologie d’Aix en Provence depuis septembre 2013. Cet été, après s’être marié, lui est sa femme Loïs sont repartis à Madagascar où il vient de trouver un emploi. Au CEP il est moniteur des ados, il participe au culte le dimanche, il est un bon soutien pour Mamy.

Dan et Lois

Dan et Loïs

Travaux au CEP, Madagascar

Nos amis Malgaches sont en pleins travaux, voici quelques photos des aménagements sanitaires faits depuis plus d’un an pour l’extérieur et depuis quelques semaines pour l’intérieur.

Après avoir fabriqué des sanitaires extérieurs pour l’accueil des groupes,  le CEP avait besoin d’un salle de bain convenable à l’intérieur.

DSC_0635

DSC_0636

DSC_0637

DSC_0638

DSC_0641

DSC_1048

DSC_1049

SAMSUNG

Un Atelier de dessin à Madagascar

ado mercredi

Un jour, des jeunes lycéens frappent à la porte du CEP (Centre d’Ecoute de Partage), et demandent s’ils  peuvent  disposer d’une pièce pour se réunir et dessiner. Mamy, le responsable du CEP, convient avec eux de les laisser dessiner une fois par semaine non sans au préalable se recueillir autour d’une lecture de la Bible. Depuis, le petit groupe se réunit fidèlement, chaque semaine.
Ces jeunes dessinaient avec le matériel le plus simple. Voyant leur talent et leur motivation, suite au don d’une personne qui souhaitait développer le sens artistiques des jeunes, nous avons pu leur faire parvenir, différents outils, tels que peinture pour aquarelles, divers crayons, fusains, etc. avec livres, et modes d’emploi !Pour soutenir ces jeunes, nous vous proposons d’envoyer une photo que vous souhaiteriez voir reproduite au crayon. Ceci pour 20€ le dessin au format A4.

Envoyez vos photos sur notre adresse : retim.asso@gmail.com

Voyez ce que cela peut donner :

photo BlandinePortrait Blandine

Soutien à des étudiants Malgaches

salle de cours à la mission TimothéeDepuis la reprise de l’année scolaire à Madagascar (qui a eu lieu mi-octobre) RETIM a mis au point un système de soutien pour les étudiants hébergés au CEP. En effet, ces derniers ayant passé leur bac, il leur fallait financer des études supérieures en école privée, les établissements publics étant quasiment inaccessibles. (Forte sélection et liste d’attente d’un an minimum !) Grâce à la somme versée mensuellement pour chaque étudiant,  Serge a pu s’inscrire dans une école privée d’agronomie, et Francia dans une école d’hôtellerie. Helena est également soutenue pour sa dernière année de lycée.

RETIM a également prit en charge les frais de scolarité de Dan et Merlin qui sont inscrits à l’institut Jean Calvin d’Aix en Provence. Ils poursuivent ces études de théologie à distance puisqu’ils sont hébergés à la Mission Timothée à Anduze où ils suivent également une partie de la formation interne. Ainsi ils bénéficient d’une double formation, tout cela dans le but de rejoindre ensuite Mamy et Vlon et les aider dans le travail d’accueil au CEP.