Bulgarie

frise 2

 

C’est au Nord-Ouest de la Bulgarie, dans la ville de Montana, qu’a vu le jour le premier atelier de couture destiné à offrir un emploi aux plus démunis : « Les Ateliers Bulgares ».

Au sein des Ateliers tout commence par une formation : les employées sont dans un premier temps initiées à la couture. La formation dispensée n’est d’ailleurs pas nécessairement un perfectionnement : les personnes n’ayant aucune notion de couture au départ ont ainsi la possibilité d’être intégralement formées.

Et ce point n’est pas un détail : l’un des objectifs de RETIM reste de donner leur chance à des personnes qui n’ont jamais eu l’occasion d’apprendre un métier, et qui parfois ont été déscolarisées très tôt.

Côté réalisation pratique, l’atelier favorise dans un premier temps les objets simples à réaliser. Puis peu à peu les couturières progressent et deviennent alors capables de se lancer dans des ouvrages plus complexes.

Plusieurs personnes ont actuellement du travail grâce à cet atelier, dont une à temps complet. Voici un échantillon des produits réalisés au sein des « Ateliers Bulgares ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

frise 1

 

Après quelques années de travail en Bulgarie, et confrontés à des personnes en difficulté, les pasteurs Damien Dubois et Joël Chiron ont vu la nécessité de créer une maison d’accueil à la campagne.

Cette maison permet de proposer à ces personnes une solution pour sortir de leur situation bloquée tant au niveau matériel que moral. Par ailleurs, des prisonniers visités chaque semaine par Damien et Joël n’ont plus aucun lieu où se reconstruire après leur période de détention. Cette maison leur est aussi ouverte.

Cette idée d’une maison chrétienne destinée à l’accueil est approuvée et soutenue par RETIM. C’est au cours de l’année 2012 que notre association concrétise son appui par l’achat d’une maison dans le village de Slivovic, tout près de la ferme d’une famille chrétienne qui collabore déjà avec nous. La maison est dans un bon état général mais des travaux seront nécessaires pour qu’elle redevienne habitable. Depuis l’achat, plusieurs camps de travail franco bulgares ont été organisés dans ce but.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un accueil a ainsi pu être proposé à plusieurs personnes en détresse pour des séjours plus ou moins longs. Aujourd’hui, la maison reçoit également les réunions hebdomadaires et les week-ends de jeunes.

Les personnes accueillies participent à l’exploitation agricole de nos amis habitant à proximité. Cette activité se développe grâce à l’aide de collaborateurs, et désormais, les résidents de la maison pourront participer à l’élevage, la culture ou encore l’apiculture.

PHOTO 11

Publicités