3. le confinement à Conakry

 

Au centre Esaïe 58,  le confinement n’a pas été simple à mettre en place. Dans un premier temps, les écoliers venant des villages alentours ne sont plus venus à l’école. Depuis, les écoles ont été fermées et le centre a donc été obligé d’arrêter les cours. Les instituteurs sont partis dans leur famille et sont pour le moment dans l’impossibilité de revenir. Certains d’entre eux n’ont même pas accès aux informations là où ils sont … Daniel les appelle régulièrement pour leur donner des nouvelles du centre et du pays.

Au centre, les contacts avec l’extérieur sont limités au maximum. Toute personne arrivant sur le centre doit d’abord se laver les mains :

Léontine veille au respect des règles sanitaires. Elle en profite aussi pour installer une pièce de consultation et commencer à utiliser son matériel de dentiste arrivé par le container.

Léontine

La difficulté est d’occuper les enfants qui restent toute la journée ! Exceptionnellement, la TV a fait son entrée au centre … Mais ils ne perdent rien pour attendre …

Depuis quelques jours les travaux des bas fonds ont commencé pour pouvoir planter le riz. Il a fallu dresser des digues autour des 3 hectares qui appartiennent désormais au centre ! D’après le témoignage de Claude qui est sur place, c’est un travail titanesque dans des conditions de chaleur difficiles à supporter. Mais le résultat est magnifique.

 

ça change de l’école mais les jeunes vont bien dormir le soir !

WhatsApp Image 2020-04-16 at 23.40.48

WhatsApp Image 2020-04-16 at 23.40.51.jpeg

2. Le confinement à Slivovic ( Bulgarie)

En Bulgarie, le confinement est assez strict.  L’armée est déployée autour des grandes villes pour surveiller les entrées et sorties. Damien et Joël ont malgré tout obtenu une dérogation pour pouvoir aller à Slivovic comme d’habitude en début de semaine lundi et mardi. Heureusement car les lieux se sont remplis de nouveau ces derniers temps. 4 jeunes hommes y sont accueillis :

Ils montrent leur reconnaissance en cherchant à embellir la propriété. Les voisins font appel à eux pour retourner leur jardin…

Les résidents ont de quoi s’occuper sur place entre quelques travaux et le potager.

Sont plantés pour le moment pommes de terre et oignons.

 

 

1. Le confinement dans les maisons d’accueil : Tananarive

Ces prochains jours nous vous proposons de donner quelques nouvelles des lieux d’accueil soutenus par RETIM. Comment nos collaborateurs vivent-ils ce confinement ?

Aujourd’hui attardons-nous sur la situation du CEP à Tananarive.

A Madagascar, le confinement est partiel, officiellement établi tous les jours à partir de 12 h. A partir de cet horaire les rues sont désertées.

La population est évidemment très anxieuse, n’ayant pas de sécurité sociale, les travailleurs sont au chômage ou licenciés sans aucune indemnité ou aides. Le président affirme avoir trouvé le remède miracle qui soignerait le Covid 19 mais personne n’y croit vraiment …

Pour les étudiants, rien n’est encore décidé au niveau de leur scolarité, chacun reste  dans l’expectative, il n’y a pas de suivi à distance comme en France. Quelques-uns ont pu rejoindre leur famille pendant ce temps de confinement. Les garçons quant à eux sont restés au centre. Ils ont malgré tout de quoi s’occuper :

Le potager et un élevage de lapins.

élevage de lapins au CEP

Toutes les rencontres habituelles sont annulées, notamment le club d’enfants du quartier le samedi. Les résidents se retrouvent à 8 pour une petite rencontre le dimanche.

 

 

Nouvel arrivage sur le site de vente en ligne

Vous avez déjà été nombreux sur le tout nouveau site retim.fr et nous vous en remercions. Grâce à un arrivage la semaine dernière en provenance de Bulgarie, nous pouvons déjà vous proposer des nouveautés :

Vous trouverez surtout une nouvelle section : « Bois » avec des jeux, des planches à découper.

De nouveaux articles de cuisine : sacs à pain, sacs à tarte

Des trousses, des capes de bain et d’autres articles pour enfants.

Et de nouveaux coloris pour les articles déjà existants. N’hésitez pas à cliquer sur les produits pour avoir plus de choix de coloris .

Ouverture du site de vente en ligne

Dans ce contexte de pandémie, nous vous partageons notre inquiétude pour les amis des pays où nous intervenons. La pauvreté rendra les conséquences de cette épidémie certainement plus graves. Aussi, bien que confinés nous vous proposons l’achat en ligne de produits issus des ateliers bulgares ou confectionnés par des bénévoles.

Vous pouvez donc continuer à soutenir les plus démunis en achetant en ligne ou en faisant un don sur le site retim.fr

Capture d’écran 2020-04-06 à 15.14.05

Bientôt : la Vente en Ligne des articles Bulgares

Chers abonnés,

Dans quelques jour nous allons ouvrir un site de vente en ligne pour les articles issus des ateliers Bulgares .

En cette période de confinement, nos couturières continuent de travailler, chacune à son domicile.  Et l’ouverture du site vous permettra de continuer à acheter nos produits et à soutenir Retim !

 

 

Bienvenue sur notre site, nous espérons vous permettre d’y trouver « chausson à votre pied » !

 

 

 

Le container enfin arrivé !

Après de longues semaines d’attente liée en partie aux troubles autour des élections, le container a enfin quitté le port ce matin de bonne heure. Nous n’osions plus y croire … ( il est arrivé le 22 février à Conakry …)

Peu après son arrivée au centre, une grue est venue pour pouvoir le décharger.

Camion +grue.jpeg

container2.jpeg

L’emplacement qui lui est dédié se situe derrière la cuisine, un endroit à peu près plat et discret. Il servira de box de stockage.

Container4.jpeg

Par contre les douaniers ont tenu  à faire le déplacement pour assister au déchargement de toute la marchandise. ( ils l’avaient fait en partie au port déjà mais pas entièrement et voulaient être sûrs …) Il était à redouter de nouvelles complications et un éventuel rajout de taxes s’ajoutant aux précédents déjà très conséquents. Daniel a accueilli le chef douanier et lui a fait visiter le centre en lui expliquant tout le travail qui s’y fait. Ce dernier visiblement ne s’attendait pas à cela et a été touché par tout ce qu’il a vu au point de dire qu’il fallait absolument que cette oeuvre soit connue et que la télévision vienne faire un reportage … Au passage il a reconnu que la taxe que nous avions dû payer pour faire sortir le container du centre était injuste ! Quel soulagement pour Daniel et Léontine et nous tous qui avons pris à cœur cette situation !

Daniel et Léontine.jpeg

Il ne reste maintenant plus qu’à ranger tout le matériel déballé …

matériel à ranger.jpeg

 

Des nouveaux sanitaires en Guinée

Même si les enfants ont l’habitude de se laver en transportant un seau d’eau sur la tête, il a été prévu dans les nouveaux locaux, un sanitaire pour les garçons, un autre pour les filles. Quand on s’arrête devant les douches actuelles, ce n’est pas du luxe…

IMG_4228.JPG

Les sanitaires sont prévus au niveau des deux portes ouvertes en haut au milieu.

b63e778f-209a-493d-a1b1-df6a12e77684.JPG

Une tranchée vient d’être creusée pour rejoindre la fosse septique.

1647977f-56e3-4c23-97a6-513f6e043108.JPG

Les enfants tiennent à participer aux travaux ! Ils sont donc sollicités pour quelques tâches : faire des saignées dans le sol pour l’écoulement, tamiser le sable pour le crépis et donner un coup de main pour la peinture !

 

bb08d077-2acd-4d62-87d8-ab1697b7e8ddf904d14d-400d-4ce9-99a7-9d082af93945

Avec la faïence posée par les spécialistes, le tout prend forme !

16b69e17-d178-4810-b486-2574484bd527

Reste à attendre les lavabos, bacs à douche et toilettes qui doivent arriver avec le container …

Guinée Conakry mars 2020 / 2

Chapitre 2 : Le personnel encadrant du centre Esaïe 58

Parmi les encadrants se trouvent principalement les enseignants :

Gédéon présent depuis le début, très apprécié des enfants.
Jérémie, l’enseignant du primaire première et deuxième année (juste après la maternelle)
Joseph a des compétences en agronomie et s’occupe des cultures mais aussi de certains dépannages et entretiens au centre. 
Elie prend en charge une classe de 8 à 10 ans. 
Esaïe, coursier mais aussi l’homme à tout faire du centre avec Bintou, sa fiancée.  Il est en charge de tous les trajets en moto pour amener les collégiens et lycéens et les cuisinières pour les courses quotidiennes. 
Paul est ingénieur, il dirige les travaux de construction. Il vient très régulièrement au centre. Il compte s’installer dans le secteur prochainement. 
Elisa ( une maman d’un enfant accueilli)  vient régulièrement étoffer l’équipe de la cuisine déjà composée de Léontine, Mamadama et Nierafoly.
( Notre) Elisa sur place depuis 10 jours vient s’ajouter ! 
Et pour terminer, voici Daniel, le responsable du centre, celui qui veille sur cette belle troupe…