Bulgarie automne 2021

Nouvelles machines à l’atelier et 4ème vague Covid.

A l’atelier il y a du nouveau, nous accueillons deux nouvelles machines de la part de RETIM qui vont nous permettre de faire du flocage. Le flocage permet de coller à chaud un motif sur du tissu. Ainsi nous sommes à même de rajouter une touche spéciale à nos productions.

  • Vous avez déjà un exemple avec nos kits voyages. Bientôt nous personnaliserons des sacs à linges, des sacs à chaussures et des « semainiers » (kit avec une lingette réutilisable pour chaque jour de la semaine).

Une machine chauffe à une température optimale et de manière diffuse et homogène. Nous pouvons ainsi coller un motif durablement. L’autre machine fait une découpe très fine sur un feuillet spécial composé de la matière qui va s’appliquer, de la colle pour le transfert et d’un revêtement plastique qui, en s’enlevant après la chauffe laissera le motif sur le tissu.

Il nous a fallu d’abord apprendre la technicité de ces machines. RETIM nous a aussi offert un ordinateur, car la machine de découpe se commande à partir d’un logiciel spécifique.

Notre comptable a reçu également de RETIM un ordinateur portable pour la comptabilité de l’association. En effet, le précédent ordinateur était vétuste et à la limite de ses capacités.

L’atelier fonctionne bien, le régime augmente toujours au dernier trimestre. En vue des fêtes de Noël, les cartons d’envoi de stock vont bon train, ainsi que ceux que nous envoie RETIM avec des tissus choisis par leurs bons soins. Cependant nous sommes un peu entravés par la réalité COVID du terrain.

Nos enfants sont tous en ligne pour une période encore indéterminée. Ce qui paralyse deux de nos couturières qui ont chacune un enfant en CP… Elles arrivent plus ou moins à faire leur travail en fractionnant leurs heures de présence ou en travaillant partiellement à la maison.

Nouvelle vague d’épidémie de Covid

En effet nous arrivons au coeur de la quatrième vague,  bien plus forte que les précédentes. La population bulgare est très peu vaccinée. Nous ne sommes que 20% de la population à être vaccinés à cause d’une défiance acharnée pour les vaccins. Nous enregistrons des records de nombre de cas, la mortalité est très élevée, les hôpitaux sont saturés. Tout laisse à penser que nous allons suivre le chemin tragique que vit la Roumanie en ce moment.

Dans notre entourage, plusieurs sont atteints, certains attendent même une place à l’hôpital. Une femme que je connais est devenue veuve il y a deux semaines à cause de la covid 19.  Le papa de 44 ans laisse 2 enfants et un bébé de 8 mois.  Un de nos voisins (collègue de travail de ce papa décédé d’ailleurs) à lui aussi perdu la partie contre le virus la semaine dernière.   Et malgré cela beaucoup restent septiques, et opposés aux vaccins. C’est plutôt triste. Un reportage à été fait sur l’hôpital de Montana. Il semblerait que des patients ce sont partagés un lit…un lit pour deux était le titre de l’info. Le personnel interrogé semble à bout de force et supplie pour du renfort.

Les décisions COVID du gouvernement étant généralement impopulaires, la lutte contre la pandémie ne s’avère pas gagnée.

La Bulgarie comme tous les pays européens voit tous les prix de l’énergie augmenter. Les denrées alimentaires, l’essence tout devient plus cher. Or la population y est bien plus pauvre, nous redoutons l’hiver qui arrive… 

                                                                                   Marie-Neige

Les Ateliers Bulgares, mars 2021

Nous laissons la parole à Marie-Neige, installée en Bulgarie avec son mari depuis avril 2007 : 

L’activité а été intense pour nous peu avant les fêtes; nous avons dû jongler entre honorer un maximum de commandes pour que le stock soit en France au moment du déconfinement, alors que nous étions nous-mêmes au sein d’un pic épidémique dans notre ville, qui nous avait conduit par précaution à envoyer chacune des couturières coudre chez elle. Malgré cela deux couturières ont été touchées (elles sont belles-sœurs) et ont été mises en congé maladie. Heureusement malgré deux semaines éprouvantes, elles et leurs familles se sont remises. 

Nous avons repris le travail début janvier- après la pause des vacances de Noël- à un bon rythme puisque nous envoyons un gros carton de stock tous les 15 jours. Les couturières ont parfois des produits attitrés. Ainsi, en ce moment, Gallia fabrique les maniques repose-four , Evgenia s’occupe des kits naissance, et Joana des trousses en tout genre. Pour ma part je ne m’occupe guère que de l’approvisionnement en fournitures, de la traduction des commandes ou de l’envoi des stocks. Joana, notre chef d’atelier, supervise ou réalise de façon parfaite tout le reste : tester les nouveaux patrons, voire en fabriquer, former les autres couturières sur les nouveaux produits et suivre la production au quotidien, être attentive aux besoins ou problèmes qu’elles rencontrent, nous aviser si besoin.  

En plus de ces trois couturières en CDI,  Il y a parfois une personne ou deux qui viennent se former ou faire un travail ponctuel pour les ateliers- ici une jeune lycéenne bientôt sur le départ pour des études. Dans un village plus éloigné une mère et sa fille enceinte travaillent sur une machine que nous leur prêtons. Il s’agit alors de contrats à la tâche selon ce que nous avons en commande et ce qu’elles savent faire. Comme il s’agit pour ces femmes d’une bouffée d’oxygène pour joindre les deux bouts, nous essayons en coordination avec l’équipe française de leur donner un travail régulier. 

Nous sommes très reconnaissants car  malgré  la crise COVID, grâce aux acheteurs français et à l’équipe de RETIM qui lançait justement son site de vente en ligne, nous sommes en équilibre. Les ventes ont ainsi pu se poursuivre malgré les confinements. Nous n’avons pas eu de baisse d’activité et RETIM nous soutient activement par le travail fourni, les ventes faites pour nous, l’achat de tissus, même si de notre côté, au fil des années nous avons pris plus d’indépendance pour l’achat de fournitures. Bref, ça tourne… nous en sommes très heureux.